Bilan de la première semaine

Plus d’une semaine s’est désormais écoulée depuis que je suis arrivée à Tokyo, et un petit bilan s’impose !

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est que je suis… fatiguée. Je sais, j’aurais pu commencer ce bilan sur une note plus joyeuse, mais avant de crier haro sur mon intolérable égocentrisme, laissez-moi au moins vous expliquer de quelle type de fatigue il s’agit. C’est une fatigue bien différente de celle que j’ai pu ressentir en arrivant sur le campus après avoir trimballé ma valise rose bonbon trop kawaii dans le métro, ou bien en m’affalant sur mon lit après m’être perdue pendant plus de deux heures dans les environs. La fatigue dont je parle ici n’est pas physique, du moins pas que. Vous savez, lorsque vous avez des milliards d’onglets ouverts sur votre navigateur, et que votre ordi commence à s’échauffer et faire des bruits de moulin à vent ? Et bien j’ai l’impression qu’après une semaine à Tokyo, mon cerveau ressemble à peu près à ça, un petit netbook en surchauffe. En une semaine à Tokyo, même à la campagne, on n’imagine pas le nombre incalculable de choses qu’on a pu découvrir tellement, ici, tout est différent.

A commencer par les gens. En accomplissant toutes les formalités administratives, j’ai redécouvert le sens de l’expression « service public »: que ce soit dans une station de métro, à la mairie ou à la banque, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous orienter, vous aider à remplir les papiers, ou répondre à vos questions. Ceux de mauvaise foi diront que ces gens sont « payés pour ça », mais cet argument n’est valable que pour une partie des gens qui m’ont aidée, mais la plupart l’a fait gratuitement, sans rien attendre en retour. Hier encore, je suis allée faire quelques courses au supermarché, et j’ai demandé à une dame ce qu’était ce plat-là, appelé  »  いももち » (imomotchi):

  いももちLa dame a alors tenté pendant trois bonnes minutes de m’expliquer, avant d’interpeller un vendeur en espérant qu’il me fournirait des explications plus claires. Au final, je n’ai toujours pas bien compris ce que c’était (une sorte de patate caramélisée, un peu caoutchouteuse en bouche mais pas mauvaise), mais ce que je retiendrai avant tout de cette expérience culinaire, ce sont les efforts déployés par cette brave femme pour tenter d’éclairer une pauvre gaijin perdue au rayon traiteur, ne sachant même pas devant quel plat elle salive. On peut reprocher bien des choses aux Japonais: leur froideur, leur superficialité, leur étrangeté, leur haute opinion d’eux-même, ou que sais-je encore. Mais je suis de ceux qui pensent que la gentillesse d’une personne ne se mesure pas à son sourire, mais à ses actes. Et à ce niveau, celle des Japonais est largement proportionnelle à la gueule qu’ils sont capables de tirer dans le métro.

L’art précis et délicat des « courbettes » japonaises…

Sinon, sur une note un peu plus personnelle, je peux enfin considérer mon aménagement à « TUFS » comme terminé: j’ai une bouilloire, un rice-cooker, et de quoi cuisiner. C’est donc avec un peu d’émotion que je mangeai ce soir mes premières patates douces japonaises (à la peau violette et la chair jaune), et avec impatience que je m’endormirai ce soir en pensant aux délicieux うどん (udon, les grosses nouilles à ne pas confondre avec les ramen ou les soba !) que je dégusterai au petit-déjeuner.

Et enfin, pour finir sur une note un peu sucrée, voici un petit diaporama des gourmandises plus ou moins originales que j’ai pu goûter pour l’instant (les premières d’une liste qui promet d’être très longue… ´・ᴗ・` )

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bilan de la première semaine »

  1. Comme prévu, tu en prends plein les yeux. Tous tes sens sont en éveil, et ce n’est que le commencement. Tu te debrouilles comme un chef, bravo Julie! Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s