Sur les restaurants japonais

Disons-le clairement: le Japon est probablement le seul pays développé où il est possible de déjeuner (copieusement, voire très copieusement) pour moins de 5€. Et ce, sans avoir besoin d’aller risquer sa vie dans des quartiers peu recommandables, ou bien de finir dans un cours d’anglais à la japonaise… Si, comme moi, vous adorez le riz et les nouilles (si non, soyez à jamais couvert d’opprobre pour cette faute inexpiable), les nombreuses chaînes de restaurants bon marché feront votre bonheur. L’une des plus répandues et (pour l’instant) ma préférée, s’appelle Yoshinoya et est spécialisée dans le 牛丼 (gyūdon), un bol de riz chaud surmonté de lamelles de boeuf et d’oignons caramélisés, et souvent d’un oeuf. Un délice absolu qui s’affiche dans sa version la plus basique à…
300円 soit un peu plus de 2€. Non non, je n’ai pas fait de faute de frappe.

Capture d’écran 2014-10-18 à 20.17.21

Dans ce paradis pour gourmands impécunieux, on trouve également l’incontournable et tout aussi roboratif カーレ (curry):

Capture d’écran 2014-10-18 à 20.20.29

A ce prix-là, il ne faut pas s’attendre à de la haute gastronomie, mais la qualité des plats est étonnamment élevée et le rapport qualité-prix, par conséquent, imbattable. La raison derrière ses tarifs aussi compétitifs tient en un mot: le personnel. Comme en France, ce qui coûte le plus cher après le loyer, ce sont les employés, et pour y remédier, ces chaînes ont trouvé la combine: presque pas de tables, les clients sont assis à un comptoir et mangent au coude-à-coude avec leur voisin. En entrant, on passe commande sur une machine (qui ne s’arrête jamais de parler d’une voix suraiguë à la limite de l’intolérable, mais qu’on aime bien quand même parce qu’elle montre des images de chaque plat), puis on donne son ticket au serveur au centre du comptoir, et en un clin d’oeil, on a notre bol fumant devant nous. Rapide, efficace et pas cher. Que demander de plus ? ~旦_(^O^ )

Une autre particularité des restaurants japonais bon marché (autres que les chaînes), c’est que la plupart d’entre eux affichent dans la vitrine les plats de leur menu… en plastique. Je sais pas si les Japonais trouvent ces versions plastifiées « alléchantes », mais en tout cas elles ont aidé plus d’un étranger incapable de déchiffrer le menu…

En bref, à condition de n’être pas un fin gourmet ou un emmerdeur, manger à toute heure au Japon est un vrai plaisir, autant pour l’estomac que pour le porte-feuille !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s