Une semaine à Kyōto

Kyōto est la deuxième ville du Japon que je visite, et j’ai eu non seulement la chance de découvrir l’ancienne capitale avec ma mère et ma soeur, mais également d’y être présente lors d’une période extrêmement importante spirituellement pour les Japonais, à savoir le Nouvel An. On a en effet tendance à réduire Kyōto à une seule saison, celle des cerisiers en fleurs au printemps, ou bien à ses très nombreux temples (plus de 1 600 recensés à ce jour !), et en particulier le plus célèbre d’entre eux, recouvert d’or.

Mais si je devais décrire Kyōto, je dirais que c’est avant tout une atmosphère, ou plus exactement, un mélange d’atmosphères. Il y a celle des temples bien sûr, mais cette atmosphère religieuse et ce calme serein se retrouvent à mon avis dans n’importe quelle ville du Japon, parfois dans les endroits les plus inattendus.
Puis il y a toutes les autres. Qu’on ressent, mais qu’il est souvent difficile de décrire: celle, électrique et moderne, qui règne dans les artères commerçantes et les longues arcades qui les bordent; celle, figée et intimidante, qui règne aux abords du vieux palais impérial; celle, joyeuse et animée, qui règne au marché de Nishiki; celle, étrange et mélancolique le jour, magnétique et envoûtante le soir, qui règne dans les ruelles du quartier des geishas; celle, dangereuse et excitante, qui règne dans les petites rues du centre-ville la nuit; ou encore celle, paisible et rassérénante, qui règne le long de la rivière traversant la ville.

La rivière Kamo (鴨川, littéralement « rivière aux Canards »)

On sent dans les rues de Kyōto une certaine nostalgie, de sa grandeur passée peut-être, ou bien de la tradition qui, même si elle mieux préservée ici que partout ailleurs, continue inéluctablement de perdre du terrain dans la transformation à marché forcée du monde en un village global. On sent dans le regard de ses habitants et au travers de leur sourire une certaine tristesse, comme celle que l’on ressent lorsqu’une chanson qu’on aime se termine, ou bien quand les rideaux tombent, après le spectacle.
On a l’impression, en se promenant dans les rues de Kyōto, que le temps s’y est arrêté.
Et ce n’est sans doute pas qu’une impression, car il y a bien plusieurs horloges qui tournent dans cette ville, parfois même avec plusieurs siècles de différence.
Si vous allez un jour à Kyōto, il est donc inutile de prendre une montre. Promenez-vous le matin sur les berges de la rivière Kamo qui traverse la ville. Un peu avant midi, allez faire un tour au marché couvert de Nishiki et passez d’un étal à un autre pour goûter quelques-uns des produits qu’ils offrent à profusion. Surprenez votre palais en vous arrêtant à l’un des stands pour y déguster une spécialité préparée sous vos yeux. L’après-midi, allez vous perdre dans le dédale des arcades commerciales, avant de descendre d’un étage, dans le sous-sol alimentaire des grands magasins, où se vendent les aliments les plus luxueux, les mets les plus exquis, et les pâtisseries les plus raffinées de l’archipel. A la tombée de la nuit, aventurez-vous dans les ruelles sombres du quartier des geishas, et tentez de les apercevoir sortant discrètement de chez elles. Le soir, enfin, déambulez dans les rues animées du centre-ville, situées entre les grandes artères et la rivière, jusqu’à trouver un petit restaurant dont la carte vous paraît alléchante. 

Kyōto, c’est tout cela. Une ville où se mêlent plusieurs ambiances et se côtoient des époques plus ou moins éloignées. Une ville qu’on peut éventuellement trouver un peu triste et terne, et à laquelle on peut préférer Tōkyō, plus vivante et imprévisible.
Ou bien au contraire une ville pour laquelle on a eu un coup de coeur et où l’on est déjà sûr de revenir. Il y a probablement autant de temples à Kyōto que de façons de ressentir cette ville. Et l’on est certainement pas près d’avoir fini de tous les recenser.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Une semaine à Kyōto »

  1. J’ai dẹja visite Kyoto j’ai adore cette ville mais d’apres ta description j’ai l’impression de decouvrir une ville encore plus belle ,plus interessante
    Bravo Julie

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s