Mochi 餅, ou le « gâteau-tueur » du Nouvel An…

Mochi (): gâteau traditionnel à base de riz gluant obtenu selon un rite festif, et dont la texture visqueuse fait chaque année des dizaines de victimes par étouffement lors du Nouvel An.

Chaque année, les Japonais engloutissent en moyenne un kilo de ce drôle de « gâteau » pouvant se déguster sous diverses formes: salé et fondu dans une soupe (ozounizenzai), en boules saupoudrées de soja grillé (kinako mochi) ou fourrées à l’anko (daifuku mochi), ou encore en brochettes, simplement grillées ou bien recouvertes d’un caramel à base de sauce soja (dango mochi).

Il n’est pas rare de voir fabriquer des mochi en pleine rue ou en public, selon un rite assez spectaculaire puisque sa préparation (餅つき, mochi-tsuki) ne nécessite généralement pas moins de trois hommes: les deux premiers battent dans un mortier (uzu) à l’aide de pilons (kine) le riz gluant cuit à la vapeur sur un feu de bois jusqu’à que celui-ci prenne un aspect très homogène et visqueux, pendant que le troisième donne la cadence en criant « ichi, ni, san ! » car les maillets ne doivent pas s’entrechoquer, mais aussi pour que sa main ne soit écrasée lorsqu’il retourne la pâte brûlante tous les deux coups. La pâte ainsi obtenue est façonnée à la main par les femmes et les enfants à l’aide de poudre d’amidon, avant de durcir et pouvoir être conservée pendant plusieurs semaines.
Le mochi est l’ingrédient phare du shogatsu, la fête du Nouvel An: les Japonais ont tous alors chez eux un 鏡餅 (kagami mochi), qu’ils brisent et mangent une fois le Nouvel An passé (souvent alors qu’ils sont un peu pourris).

L’expression « peau de bébé » se dit au Japon « peau de mochi ». Mais ne vous fiez pas aux apparences, ce n’est pas pour rien que l’on surnomme cette pâtisserie le « gâteau-tueur« : chaque année, l’impitoyable viscosité du mochi provoque la mort par étouffement d’une dizaine de Japonais, principalement des personnes âgées à la déglutition difficile.
Avis donc aux ouvreurs d’huîtres maladroits qui liront ce post: si vous avez le malheur de passer la prochaine Saint-Sylvestre aux urgences, dites-vous qu’à l’autre bout de la planète sévit un serial killer bien plus terrible encore…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s