Avant-propos

« Quiet people have the loudest minds. »

Il se passe beaucoup de choses dans une vie. On a parfois l’impression qu’il ne se passe rien dans la nôtre, mais ce n’est jamais vrai. Il n’y a pas de vies plus remplies que les autres.« Un homme qui n’aurait vécu qu’un seul jour pourrait sans peine vivre cent ans dans une prison », et il aurait autant de choses à raconter à la fin de sa vie que n’importe quel homme sur cette Terre. On pourra trouver son récit monotone, ou ennuyeux, mais ce ne sera alors qu’une question de goût. La valeur du récit, elle, demeurera inchangée et inestimable. Pourquoi cela? Parce que ce récit sera unique, tout comme la personne qui le raconte. Chaque élément qu’il contient y occupe une place précise et, mis bout-à-bout, forme cette longue chaîne colorée qu’on appelle « existence ». Cette chaîne n’est pas extensible à l’infini et ce n’est pas nous qui décidons de sa longueur. Mais nous en sommes les seuls et uniques tisserands: Dieu nous donne les bobines et nous tenons les aiguilles. Un nombre fini de bobines pour une infinité de combinaisons. Un nombre fini de couleurs pour une infinité de motifs. Et peu importe si Dieu tient aussi les aiguilles, si les motifs sont déjà écrits à l’avance et que nous sommes simplement assis devant le métier à tisser. Car, une fois lancée, cette machine formidable et mystérieuse n’appartient qu’à nous. Pas de bouton ON ni de bouton Pause. Pas d’avance rapide ni de retour en arrière. Peut-être juste un bouton OFF, et encore. Même si vous restez toute la journée dans votre lit, il vous arrivera des choses, car la Machine continue à tisser. Un jour où il fait froid, elle vous fabriquera des moufles: c’est un évènement heureux. Un jour où il fait chaud, elle vous sortira un bonnet: c’est un évènement malheureux. Mais nous aurons beau la maudire, la Machine continuera à tisser, comme elle tissa pour ceux qui ne sont plus, et tissera pour ceux qui ne sont pas encore. Elle travaille à la fois pour tous et pour personne. Elle s’appelle Dieu, Nature, Destin, Âme du monde. Pragmatique, Spinoza l’appelait « le Tout », et je suis plutôt d’accord avec cette appellation. Ce Tout nous entoure, nous englobe, et nous détermine. Vexés de ne pouvoir choisir entre des moufles et un bonnet, certains ont affirmé l’existence d’un libre-arbitre et se sont auto-proclamés maîtres de leur existence. Peut-être ont-ils raison; ça, nous ne le saurons malheureusement jamais. Mais pour l’heure, je reste fidèle à ce cher Baruch: nous ne choisissons pas ce que nous donne le Tout, mais nous choisissons la manière dont nous disposons de ses présents. Tout ce qui sort de la Machine devait en sortir, pour que la Machine puisse continuer à tisser. Et tout ce qui en sort devait en sortir pour une raison, qui nous échappe bien souvent. Mais si nous nous efforçons de comprendre cette raison, de cerner la logique derrière les agissements de l’Univers, alors nous verrions que tous les évènements qui se produisent ne sont que les effets d’une cause plus grande qui nous dépasse.

On récolte ce qu’on sème, mais on ne choisit pas de semer, pas plus qu’on ne décide du moment de la récolte. On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs, mais on ne choisit pas de casser des oeufs, pas plus qu’on ne contrôle la cuisson de l’omelette. Le Tout nous donne des graines pour que nous les semions, et des oeufs pour que nous les cassions. La Machine est lancée.

Nous ne sommes que des pièces infimes de ce puzzle infini, des micro-fragments de ce cercle gigantesque, mais nous avons une liberté, et celle-ci se trouve à l’arrivée.

Cette liberté, c’est notre omelette.

J’ai donc créé ce blog afin de m’aider à me souvenir des oeufs que je casse. Si vous ne parlez toujours pas omelette après avoir lu cet avant-propos, ce n’est pas grave. Je tolère aussi les oeufs durs.

Une réflexion au sujet de « Avant-propos »

  1. J’ai adoré cet avant propos si joliment écrit dans une prose parfaite et surtout avec des réflexions d’une profondeur et d’une maturité remarquables!
    Lan Nguyen-Tu

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s