Bienvenue chez… « Don Quijote » (ドン・キホーテ)

Capture d’écran 2014-10-22 à 18.10.43

La dernière fois, je vous ai amené dans un magasin « OFF » où l’on pouvait déjà trouver pas mal de choses pour presque rien. Aujourd’hui, je vous fais faire un tour chez « Don Quijote » (ドン・キホーテ, don kihotté), où l’on peut trouver encore PLUS de choses pour encore PLUS rien ! (c’est pas français, mais vous voyez l’idée…)

La chaîne au pingouin bleu et au nom chevaleresque est bien connu des Japonais, et il n’y a rien d’étonnant à cela car on y trouve vraiment tout: des déguisements, du linge de maison, du matériel informatique, de l’électroménager, des vêtements, de la maroquinerie, des bijoux, des disques, des trucs très bizarres, et bien sûr de la nourriture. Le tout à des prix plus ou moins intéressants selon la catégorie de produits, mais qui restent tout de même plus qu’attractifs dans l’ensemble. Bref, un énorme bazar où règne une ambiance bien déjantée qu’on ne trouve qu’au Japon (musique kitsch qui tourne en boucle et annonces en chinois -oui oui, en chinois…). Je vous laisse juger par vous-mêmes !

Pour finir, voici un petit florilège des choses pour le moins étranges qu’on peut trouver dans ce genre d’endroits…

Vu aujourd’hui: un Food Hall à Kichijoji, Shibuya Crossing by night… et un schnauzer nain !

Avant de prendre le train à Kichijoji en fin de matinée, je me suis baladée autour de la gare et il se trouve que ce quartier de Tokyo est vraiment sympa, avec des grands magasins, des restaurants, des pâtisseries et des petites boutiques à la pelle.
J’en ai profité pour filmer un endroit que j’affectionne particulière: les « food halls » !
Généralement situés au sous-sol des grands magasins, s’y promener est toujours un plaisir, aussi bien pour les yeux (voir la pomme à 5€ emballée comme un bijou donne encore moins envie de la manger) que pour l’odorat, surtout lorsqu’on passe devant des stands de pâtisseries françaises…
L’autre truc chouette, c’est que beaucoup de stands vous font goûter certains produits, donc il est préférable de déambuler dans les food halls plutôt avant le repas, si vous voyez ce que je veux dire ! (∩❛ڡ❛∩)
Voici donc un petit aperçu en vidéo de ces paradis pour amateurs de bonne chair !

Ensuite, en me baladant près de Shibuya, je suis tombée sur une école de toilettage canin, apparemment en pleine session de travail; et parmi les nombreux caniches (qui s’enlaidissaient à vue d’oeil) se trouvait… un schnauzer nain ! Je n’ai pas pu m’empêcher de prendre une petite vidéo, que je dédie bien entendu au plus beau de tous: Vadrouille :)

Enfin, lorsque je suis revenue à la gare de Shibuya pour rentrer, il était aux alentours de 17h30 et il faisait déjà nuit. J’ai déjà posté une vidéo du célèbre « Shibuya Crossing« , mais une fois la nuit tombée, ce n’est plus du tout le même spectacle: il y a les énormes écrans, la musique assourdissante, les milliers de personnes qui sortent du travail, les milliers d’autres qui s’apprêtent à sortir et se sont habillés en conséquence… On se croirait projeté sur une autre planète, un monde délirant d’orgies et de paillettes où la vie ne serait que luxe et volupté…

Bienvenue chez « LABI »

Au Japon, il existe plusieurs grandes enseignes qui rassemblent dans un seul et même endroit les équivalents de nos Darty, Fnac, Boulanger et compagnie. « LABI » en fait partie, et son magasin de Shibuya s’étale sur pas moins de 7 étages: un véritable temple de la consommation et du modernisme, dans lequel se promener devient une expérience atypique tellement on ne sait plus où donner de la tête entre les milliers de machines et gadgets en tout genre, dont l’ingéniosité à la japonaise nous laisse parfois pantois.

Mini lave-vaisselle pour célibataire (ou ceux qui n'ont pas de place chez eux)

Mini lave-vaisselle pour célibataires (ou pour ceux qui n’ont pas de place chez eux)

Mais ne nous emballons pas trop vite, on trouve aussi des trucs beaucoup moins pratiques, et au design parfois… étonnants.

Les lave-linges futuristes qui donnent l'impression que vous envoyez votre linge dans l'espace...

Le lave-linge futuriste qui donne l’impression que vous envoyez votre linge dans l’espace…

Le grille-pain japonais, pas encombrant du tout...

Le grille-pain japonais, pas encombrant du tout…

Le réfrigérateur japonais aux multiples tiroirs, un peu austère certes, mais écolo !

Le réfrigérateur japonais aux multiples tiroirs, un peu austère certes, mais écolo !

Ce que j’aime bien aussi dans ces magasins, c’est qu’il y a souvent des animations. J’ai ainsi pu repartir avec une pochette plastique décorée que m’a offert un animateur au pied de l’escalator. Il m’a même laissé le choix du cadeau entre cette pochette et un paquet de mouchoir customisé (à moins de s’appeler Atchoum, d’être nain et de jouer dans Blanche-Neige, je vois pas bien qui choisirait les mouchoirs, mais bon…).

J’avais bien choisi mon jour pour déambuler chez LABI car l’animateur du stand Nespresso a également été fort sympathique à mon égard en m’offrant deux tasses de café (la première à la japonaise, avec du sucre et sans doute un peu de lait, la deuxième comme je le préfère, bien noir et sans rien dedans). Du coup, on s’est un peu tapé la discute en « anglo-japonais »: il m’a dit qu’il aimait le cinéma français (Jean Gabin, Godard, mais pas Brigitte Bardot), et il s’est bien marré lorsque je lui ai demandé si le thé empêchait de dormir, parce que je n’arrivais pas à mettre la main sur des tisanes.

Bref, je ne suis restée qu’une vingtaine de minutes dans ce magasin, mais c’était assez pour repartir avec un chouette cadeau et du bon café dans l’estomac !

Bienvenue chez « OFF »

Lorsque je me suis baladée (et paumée) à pied hier après-midi, j’étais tombée par hasard sur un dépôt-vente de la chaîne « OFF », dans lequel un vendeur m’avait carrément imprimé un plan (après cinq bonnes minutes de recherches sur Google) pour que je puisse revenir au campus. Je connaissais les magasins « Book-OFF », équivalent de nos Gibert Jeune français, mais j’ignorais que la chaîne vendait autre chose que des livres d’occasion. En l’occurrence, je suis tombée sur un « OFF-House »/ »Hard-OFF », où l’on pouvait trouver absolument tout, depuis l’électroménager jusqu’aux fringues, en passant par les instruments de musique et les jeux vidéos. Un dépôt-vente classique, en somme, mais n’oublions pas que nous sommes au Japon, et qu’ici, rien n’est classique. A commencer par la musique d’ambiance diffusée dans le magasin: une chansonnette toute mignonne et entraînante, qui nous donne l’impression d’être un personnage de jeu vidéo pour enfants (ou bien le ravi de la crèche parti cueillir des fleurs des champs). Sans parler de la bonne femme qui nous annonce toutes les deux minutes les promos à ne surtout pas louper, d’une voix suraiguë que probablement seules les cordes vocales japonaises sont capables de supporter. Autant vous dire que les vendeurs étaient un peu étonnés de me voir déambuler dans les rayons l’air hilare, avec un appareil photo à la main… Mais l’avantage d’être une 外人 (gaijin, étrangère), c’est qu’on peut à peu près tout se permettre, surtout si c’est pour ensuite le faire partager sur son blog  (▰˘◡˘▰)

Mettez le volume à fond, laissez-vous bercer par la musique, et sentez monter en vous une irrépressible envie de chasser les papillons… 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

コンビニ & 自動販売機

Parmi les nombreuses choses que je rêverais de trouver en France, voici celles qu’on croise ici à tous les coins de rue:

1)  Les コンビニ (konbini)

Les-Conbini-ou-Konbini-au-Japon1

Je vous en ai déjà parlé dans un article précédent et je risque encore de beaucoup vous en reparler car je suis littéralement tombée amoureuse de ces petits supermarchés ultra-pratiques, dans lesquels on peut trouver tout et n’importe quoi, à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit. Rien à voir avec nos « épiciers du coin », chez qui tout est automatiquement 300% plus cher que dans un supermarché classique: dans les konbini, non seulement tout est bon marché (il existe même des konbini où tout est à 100円, soit environ 75 cents), mais en plus ces boutiques proposent différents services. Il est possible d’y retirer de l’argent au distributeur, de payer ses factures, de réserver des places de spectacle ou des chambres d’hôtels, d’envoyer des colus… Mais surtout, on y trouve tous les produits de consommation courante: petite papeterie, produits ménagers, articles de toilette, vaisselle et ustensiles de cuisine, etc, etc. Tout cela sur une surface très limitée (à vue d’oeil -et je n’ai pas de compas dedans- je dirais 70m² grand maximum). Inutile de dire que ce concept ne verra jamais le jour en France, où certains commerces se battent pour ouvrir au-delà de… 21 heures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2)  Les 自動販売機 (jidōhanbaiki)

Ce sont de simples distributeurs automatiques de boissons, mais qui ont la particularité d’être absolument partout. Même si vous êtes au coeur de la campagne japonaise, dans un village comptant plus de poulets que d’habitants, vous trouverez une de ces machines. Il y en aurait 1 pour 24 habitants (merci Wikipédia), et près de la moitié des boissons totales seraient vendues par ce biais. On y trouve toutes sortes de boissons, des sodas aux cafés glacés, en passant bien sûr par les multiples sortes de thé japonais. Et le deuxième avantage de ces omniprésentes machines, c’est qu’elles sont pas chères du tout (en comparaison avec nos distributeurs de boissons en France): ici, une bouteille est vendue en moyenne 130 yens, ce qui fait grosso modo 1€.

Ceci n’est que le premier article sur « ce qui existe au Japon et qu’on ne verra probablement jamais en France », comptez sur moi pour continuer à vous faire rêver…